Stacks Image 210
  • Stacks Image 349

    Caption Text

    Link
  • Stacks Image 350

    Caption Text

    Link
  • Stacks Image 373

    Caption Text

    Link
  • Stacks Image 378

    Caption Text

    Link
  • Stacks Image 383

    Caption Text

    Link
Stacks Image 474
Stacks Image 476
Stacks Image 478
Stacks Image 487
Stacks Image 489

Chroniques de l'album

Longtemps en retrait face à ses voisins européens, la France arrive en position de force sur l'échiquier de la country music sur le vieux continent grâce à quelques audacieuses et talentueuses jeunes femmes sui se sont lancées depuis quelques années dans l'interprétation d'une musique revitalisée : Vicky Laine, Linda Jacob, Marie Dazzler ou Sylverine Dartevelle. Ces filles ont eu le mérite de sortir la country music de son ronron rétro, sympa mais vieillot, constitué de reprises, de standards des 50's et 60's véhiculés jusque là par des formations exclusivement masculines. Je vous parlerai prochainement de Marie and Co, Yanne Matis et Vicky Laine qui toutes sortent un nouvel album. Ce mois-ci mon coup de coeur se nomme Youpi Whaou. Une formation issue de la région parisienne et qui permet à la capitale d'être enfin dignement représentée sur la scène country de l'hexagone. Intrigué par leur présentation récente dans les pages de Country Web Bulletin, je viens de les découvrir sur leur deuxième album "Born to be blue". 15 titres comme sur leur premier "Live" et apparemment aussi fidèles dans l'esprit des reprises et dans la diversité des tempos. Deux sources d'inspiration majeure : les Dixie Chicks et les Judds. Trois reprises de chacun des deux groupes, puisées dans leur répertoire le plus rock. Dans le même registre, une chanson de Bonnie Raitt et un western swing des excellentes et regrettées Wild Roses. L'incontournable "you never can tell", le surprenant "Ode to Billy Joe", et pour les classiques de brillantes versions de 'I'm so lonesome I could cry", "Crazy", et "Jolene" (qui aurait eu sa place dans l'album hommage à Dolly Parton chroniqué ici même en janvier). Ce choix de titres démontre d'une part que Youpi Whaou possède une culture riche en matière de country ancienne ou moderne, et d'autre part que le groupe a les qualités requises pour leur interprétation. Leur atout majeur étant leur chanteuse : assurément l'une des meilleures vocalistes européennes (et j'en connais beaucoup !). Voix puissante dans les rocks et douce pour les ballades. Sylverine est à l'aise dans le chant comme elle doit l'être sur scène. Ses musiciens aussi sont dignes d'éloges, performant, apportant leur touche d'originalité dans l'accompagnement, et l'omniprésence de l'harmonica ajoute une coloration bluesy et innovatrice."Born to be blue" est l'album parfait à recommander à quiconque en France souhaite s'initier intelligemment à la découverte de la country music, classique ou actuelle.
Jacques Dufour
Chronique CD COUNTRY WEB BULLETIN

Chronique CD Routes du Rock "3 étoiles"
Youpi Whaou fait partie du paysage country français depuis des années et a notamment sévi dans la plupart des festivals français. C’est autour de Sylverine que s’articule une formation qui a changé de personnel a de nombreuses reprises. Ce disque constitue un aboutissement car jusqu’à ce jour, les enregistrements disponibles, souvent live, nous avaient quelque peu laissés sur notre faim. C'est donc du bon travail qui a été fait, bon travail qui va jusqu'à la conception d’un superbe emballage digipack. La voix de Sylverine est plus country que jamais et autour d’elle, guitariste et harmoniciste font un travail tout en finesse soutenus par basse et batteur. La bande de Youpi Whaou propose 15 chansons empruntées à un répertoire country fort large empiétant même sur la musique folk, « Ode to Billy Joe », sur le blues à la Bonnie Raitt « Give it up or let me go » et même le rock’n’roll avec « You never can tell » et « See see rider » façon Presley. Pour la country aussi, on va de chansons d’Hank Williams à celles de Mary Chapin Carpenter avec la même réussite. Dans un répertoire traditionnel on trouve « Crazy » ou « Jolene », dans une mouvance plus new country « Nothings gonna bother me tonight » ou « Girls with Guitar ». Parmi les titres les plus réussis, le traditionnel « Jolene », le boogie blues » Give it up or let me go », le tonique « Nothings gonna bother me tonight » et surtout le très swingant « Go down swingin ». Un disque varié et attractif qui devrait plaire à un très large public.
Gérard Desméroux

Longtemps en retrait face à ses voisins européens, la France arrive en position de force sur l'échiquier de la country music sur le vieux continent grâce à quelques audacieuses et talentueuses jeunes femmes sui se sont lancées depuis quelques années dans l'interprétation d'une musique revitalisée : Vicky Laine, Linda Jacob, Marie Dazzler ou Sylverine Dartevelle. Ces filles ont eu le mérite de sortir la country music de son ronron rétro, sympa mais vieillot, constitué de reprises, de standards des 50's et 60's véhiculés jusque là par des formations exclusivement masculines. Je vous parlerai prochainement de Marie and Co, Yanne Matis et Vicky Laine qui toutes sortent un nouvel album. Ce mois-ci mon coup de coeur se nomme Youpi Whaou. Une formation issue de la région parisienne et qui permet à la capitale d'être enfin dignement représentée sur la scène country de l'hexagone. Intrigué par leur présentation récente dans les pages de Country Web Bulletin, je viens de les découvrir sur leur deuxième album "Born to be blue". 15 titres comme sur leur premier "Live" et apparemment aussi fidèles dans l'esprit des reprises et dans la diversité des tempos. Deux sources d'inspiration majeure : les Dixie Chicks et les Judds. Trois reprises de chacun des deux groupes, puisées dans leur répertoire le plus rock. Dans le même registre, une chanson de Bonnie Raitt et un western swing des excellentes et regrettées Wild Roses. L'incontournable "you never can tell", le surprenant "Ode to Billy Joe", et pour les classiques de brillantes versions de 'I'm so lonesome I could cry", "Crazy", et "Jolene" (qui aurait eu sa place dans l'album hommage à Dolly Parton chroniqué ici même en janvier). Ce choix de titres démontre d'une part que Youpi Whaou possède une culture riche en matière de country ancienne ou moderne, et d'autre part que le groupe a les qualités requises pour leur interprétation. Leur atout majeur étant leur chanteuse : assurément l'une des meilleures vocalistes européennes (et j'en connais beaucoup !). Voix puissante dans les rocks et douce pour les ballades. Sylverine est à l'aise dans le chant comme elle doit l'être sur scène. Ses musiciens aussi sont dignes d'éloges, performant, apportant leur touche d'originalité dans l'accompagnement, et l'omniprésence de l'harmonica ajoute une coloration bluesy et innovatrice.
"Born to be blue" est l'album parfait à recommander à quiconque en France souhaite s'initier intelligemment à la découverte de la country music, classique ou actuelle.
Par Jacques "Rockin' Boy" D.
"Ce nouvel album a été produit en Juillet 2003 par le groupe Français "Youpi Whaou" que vous avez pu rencontrer dans de nombreux festivals en France et en Europe. Il est tout simplement excellent. Une chanteuse dynamique aux accents rauques de Wynonna, accompagnée par des musiciens de grand talent, un choix de thèmes judicieux parmi les standards de la New Country, voila une recette qui a de quoi satisfaire tout public".
Alain Mangenot Chronique CD www.Country-France.com

Nous n'étonnerons pas les lecteurs de Country Music Attitude qui, comme nous, suivent avec beaucoup d'intérêt YOUPI WHAOU et sa très talentueuse chanteuse, Sylverine, en leur recommandant chaudement le dernier album du groupe. Écoutez des "classiques" revisités comme Jolene, Ode to Billy Joe, Crazy. C'est beaucoup plus qu'une relecture : c'est une véritable re-création. Et nous passerons en boucle I'm so lonesome I could cry, sûr qu'Hank Williams, là-haut, doit faire comme nous
Chronique CD Country Music Attitude

Nos "petits" groupes français sont dans leur ensemble, de plus en plus apte à rivaliser face aux innombrables formations anglosaxonnes et Youpi Whaou est pleinement dans ce cas; rien à voir avec les groupes vaguement country qui fleurissent pour agrémenter les -danses en ligne- du même acabit. Ici c'est du sérieux en country-rock bluesy et honky tonk. Dans leur 2ème album, la chanteuse Sylverine Dartevelle est souveraine dans : Born to be blue, Have mercy, You never can tell, Give it up or let me go et une nerveuse version du see see rider du "père" Presley, ajoutez 4 musiciens compétents et ce disque devient chaudement recommandé.
Jean Edgar PRATO Chronique CD Big Bear "3 étoiles"

YOUPI WHAOU sort un nouveau CD; boitier cartonné pour 15 titres, et de superbes photos. Le conducteur propose plusieurs reprises dont Born to be blue, Ode to Billy Joe, Jolene, You never can tell, Have mercy, et Crazy entre autres. Steel, Harmonica, tempos bien relevés, harmonica "western-swing", Go down swinging (du velours!) pour une galette pleine de vie qui ne peut que plaire. Bravo à l'équipe de Sylverine Dartevelle
Chronique CD HighwayFM Mag

Notre coup de coeur gaulois, YOUPI WHAOU, vient de Lutèce. BORN TO BE BLUE est leur 2ème CD, le premier en studio (en 2002 était sorti un live gravé au Billy Bobs, le club country de Disney Village). Emmené par une chanteuse au c?ur et à la voix gros comme ça, blonde gracieuse au regard clair, ce quintet se cantonne (pour l'instant?) à un répertoire de reprises : Hank Williams, B. Monroe, W. Nelson, Presley, ou C. Berry, parmi d'autres. Fort logiquement leur style varie entre country, blues et R'nR avec un naturel remarquable. Suffisamment maîtres de leur musique, ils savent apporter toute leur personnalité pour éviter le piège de la reprise scolaire. C'est ainsi que, pour peu que l'on ne soit pas familiarisé avec les morceaux, on pourrait aisément penser à un CD original. Production brute de décoffrage et presque live, on se plait à réécouter Jolene (D. Parton), You never can tell (Chuk Berry, I'm so lonesome I could cry ou encore le très électrique Girls with guitars (M. C. Carpenter). Un groupe qui porte finalement bien son nom même si cela pouvait faire craindre le pire (avec un blase pareil on peut quasiment être certain qu'ils ont de l'humour et ne se prennent pas au sérieux) tant cet album n'engendre pas la mélancolie. Il s'agirait même plutôt du contraire. Fortement recommandé. (NB : leurs qualités intrinsèques font presque regretter qu'ils ne se jettent pas à l'eau avec des compositions personnelles).
Chronique CD Le Cri du Coyote

Stacks Image 589